Créer un compteCréer gratuitement un compte sur CLM 17 visiteur(s)  - 1 membre(s) 
les Récits : MCM2016 : Oorah Runnindoum !
Posté le Mardi 15 novembre 2016 @ 00:49:32 par webmaster

RunninDoum écrit "

L’entrée aux Etats-Unis est toujours fastidieuse. Après avoir encore une fois attendu presque 2 heures que les portes de l’Amérique s’ouvrent à nous grâce au coup de tampon libérateur d’un (ouf) très sympathique douanier, les PConvert’s, les Bogeys’s, LN et moi débarquions dans la capitale fédérale. Les 6 heures de vol casse-fesses sur United Airlines avaient bien contribué à reconstituer notre fameux groupe.
Et si nous doutions encore du pays où on venait de débarquer, les couleurs étoilées omniprésentes et l’effervescence électorale poussée à son paroxysme nous le rappelaient en permanence, les télés ne parlaient que de ça, et les échanges étaient plutôt violents entre les deux camps !

L’avant veille…

Comme il est très recommandé avant de courir un marathon, nous avons décidé d’aller visiter les principales attractions de la ville ; le métro nous amène jusqu’au National Mall où tout se trouve. Toute la journée nous arpenterons ce quartier sous un grand soleil et un vent terrible qui nous glace les sangs. Chaque monument célèbre la grandeur de la Nation et la mémoire de ses Pères et de ses enfants tombés pour la Liberté. Grandiose, sobre, poignant. A Washington, on est au cœur du patriotisme US ; ainsi nous traverserons (dans l’ordre !) :
Le Washington Monument (l’Obélisque), gigantesque flèche blanche
Le World War II Monument, impressionnant, on ressent le poids de l’Histoire…
Le Korean War et le Vietnam Veterans memorials, visités par nombre d’écoliers…
Le Lincoln Memorial et sa célébrissime statue monumentale
La Maison Blanche vue du Lafayette Square et de l’Ellipse, si petite, finalement…
Le Capitole, marbres blancs scintillant sous le soleil
La Bibliothèque du Congrès et sa collection de livres uniques au monde…
La Cour Suprême…
Bref, tous les symboles de la grandeur du Pays.
Après quoi nous nous rendons à la marathon expo pour y retirer nos bibs, remis par des Marines réquisitionnés tout le week-end. Ils nous accompagneront tout le long du parcours, dans leur tenue du désert.

L’anecdote présidentielle
Après avoir déjeuné d’un burger au bar terrasse de l’hôtel Washington, avec vue sur les toits de la Maison Blanche (étrange sensation), nous sommes repartis pour prendre quelques photos de la demeure présidentielle depuis l’Ellipse. Une foule était massée là… Soudain, un énorme hélicoptère militaire siglé USA déboule sur nos têtes… le Président !! Je mitraille, on se place, l’hélico se pose sur le parvis. Après 10 minutes d‘attente, on entrevoit des gens qui rentrent dans l’hélico, des costumes, des mallettes… cachés par l’engin. Il relance le moteur, s’élève, et soudain surgis de nulle part, 2 autres hélicoptères se mettent à tourner autour de la zone, presque en stationnaire, l’hélico présidentiel décolle et s’en va, suivi de ses 2 chiens de garde. Nous aurons donc vu Barak Obama 8 jours avant la fin de son mandat ! Ça fait un peu groupie, mais quelle impression de zéro-hasard, de planification à la milliseconde. Carré, professionnel, américain, quoi !

En rentrant à l’hôtel, nous croisons un coureur new-yorkais enthousiaste qui nous vante ce Marine Corps Marathon dont il va courir demain la 11ème édition de rang, bien supérieur à NYC selon lui !

Samedi…

Après ces 17km d’hier nous avons décidé d’essayer de faire moins long à travers la visite de quelques uns des célèbres musées de la ville.
Tandis que WUSA9 annonce Halloween, le groupe repart, et sur le Mall nous commençons par le National Air and Space Museum.
Quelle impression, quelle claque en entrant ! le LEM, cette araignée géante qui alunissait il y a 37 ans alors que le petit garçon que j’étais était scotché devant la télé noir et blanc…nous accueille sans prévenir, avec ses échelles et ses feuilles d’or, sous l’ombre du Spirit of Saint-Louis ! puis ce sera une avalanche de machines, plongée dans un univers fascinant, entre missiles Pershing ou SS20, les chasseurs légendaires de la 2ème guerre mondiale, Spitfire, Messerschmitt, Zéro ou Mustang P51, des avions furtifs, des drones, un DC3, le cockpit d’un 747, et tous les témoins de l’aventure spatiale, les capsules Apollo ou Gemini, Soyuz , l’ISS…. C’est toute l’histoire de la conquête de l’espace qui défile sous mes yeux en réveillant le petit garçon… Quand je pense qu’il y a un mois j’assistais à Kourou au dernier lancement d’Ariane 5… Quel bel automne !
Quelques heures après, sous un soleil de plus en plus chaud (incroyable été indien post-Cop21 !) nous déambulions dans les rues de Georgetown toutes de briques colorées, quartiers résidentiels arborés des 1ères couleurs de l’automne Nord-Américain en ne manquant pas sur le retour vers le Potomac, d’emprunter « l’escalier de l’Exorciste » toujours aussi sinistre !

Favorisant notre confort, nous optons pour la pasta party à l’hôtel après quoi il faut aller se reposer un peu !
Juste avant le grand jour, c’est par une allocution télévisée que le Président Obama a souhaité bonne course aux participants, saluant les Marines par un « Semper Fi » qui donne le frisson…

D Day

Le jour se lève, et la zone départ étant à portée de piéton nous remontons Arlington en passant par le cimetière national pour rallier les arches quand soudain la foule nombreuse se fige, main sur le cœur alors que retentit l’hymne américain, chanté par des femmes. C’est toujours surprenant de constater ce respect total des américains pour leur hymne national… un beau moment de recueillement…
Tenue tricolore, buff CLM, je serai classique aujourd’hui.
Puis l’ambiance monte peu à peu pour devenir électrique, un animateur chauffe les coureurs à blanc. « You are mission ready ! », « May the Force be with you ! » à la façon d’un sergent recruteur qui galvanise ses troupes pour les envoyer au combat. La très large avenue est maintenant noire de monde, des drapeaux flottent de toutes parts. L’adrénaline est là, on veut y aller !! Et comme par magie, deux hélicoptères de combat surgissent sans prévenir, et survolent le peloton en évoquant la charge de « Apocalypse now »tandis que le canon libère bruyamment les coureurs.
Notre petit groupe de CLM va vite se disperser, chacun sur son rythme. Les Convert’s sont un peu blessés, Pascal a une cheville entamée, alors que les PinkRunner’s, qui nous ont rejoints hier, ont, eux l’air en forme.
Un nombre incroyable de coureurs en fauteuil participe, beaucoup de blessés en opération, on sent une grosse solidarité et un énorme respect dans ce corps d’armée.
Je suis parti avec un pace 4h, un sub-4 de quelques secondes m’irait en effet très bien après le marathon du Cap Ferret de dimanche dernier.
Le parcours est fléché en miles, c’est excellent pour occuper l’esprit, mais ma Garmin sonnera chaque km. C’est parti !
Au 1er mile, on passe devant l’hôtel ou j’aperçois Anne au balcon, mais pas LN… Les km suivants ne sont que montée, 2,5 miles d’entrée pour bien chauffer les quadriceps ! Ensuite une belle descente sur une large route en forêt bien agréable dans le silence au bout de laquelle on traverse le Potomac une première fois (après donc une petite grimpette de pont).
A la fin du petit aller retour dans Georgetown, un spectacle saisissant me bouscule, un jeune gars sur ses deux lames est dans la difficulté et marche péniblement… courage et volonté…
Puis on rejoint le fleuve, les miles défilent. J’aurai jusqu’à 4 minutes d’avance sur ma cible (dont je perdrai la moitié pour un arrêt technique au stand, eh oui, parfois on n’a pas le choix… et ici, quel que soit le besoin, le soulagement sauvage est prohibé !)
Sur le retour de cette longue chevauchée arrive le 11ème mile, dit « wear blue mile », un mile souvenir, poignant, dédié à la mémoire des victimes des divers conflits récents auxquels participent les Etats-Unis. Ainsi, pendant les deux premiers tiers, tous les 3 mètres sont disposés de chaque côté de la route des portraits de soldats « killed in action », garçons, filles, souvent âgés de 19 ans et à peine plus…
C’est très très émouvant, un lourd silence règne dans le peloton, parfois un coureur s’arrête auprès d’un portrait… Puis au sortir de cette zone, nous traversons une rangée de drapeaux US sur quelques centaines de mètres, ainsi les bénévoles nous saluent, nous remercient, et remettent de l’ambiance. Vraiment très spécial !
Avant la mi-course, une voix derrière moi m’interpelle en français « Allez CLM !». Je me retourne en demandant « d’où connais-tu CLM ? » ; c’est Hicham, le petit frère de Palmito notre ami CLM de Casablanca, qui lui vit à Boston et surtout m’informe que son frère est devant ! On s’encourage, et je le laisse filer.
14ème mile, on arrive sur le Mall qu’on va sillonner dans les deux sens, du Lincoln memorial au Capitole via les monuments hommages au sacrifice des jeunesses du pays et les grands musées du secteur. La foule est énorme, ça crie, ça agite des pancartes, et on tape les mains des petits avec bonheur !
Au 19ème mile on retrouvera le fleuve, et je commence à chercher en moi où trouver du gasoil car les jambes sont bien raides. Depuis la mi-course (et après les grimpettes de début de course) j’ai bien senti qu’il me restait des souvenirs du Cap Ferret, bouclé dimanche dernier en 3h51 pour les 4h visées…. On ne se refait pas ! Pourtant, mes croc’s volaient, sans trop d’effort, pour Laurette… Les ravitaillements défilent, liquides uniquement au début avec du Gatorade et de l’eau, plus complets ensuite avec quartiers d’orange ou gels, et améliorés avec des petites choses que le public tend aux coureurs parfois.
Des centaines de pancartes d’encouragement sont disposées tout le long du parcours, je n’en ai retenu que quelques unes, comme « Pain is just weakness living your body » (celle-ci je l’adore, et j’ai laissé beaucoup de faiblesse sur la route !!), « Because 26.3 would be crazy », ou encore « Smile, you paid for it ! ». Eh bien croyez-moi, ça marche, lire ces petits mots a bien aidé à conserver le sourire (ou un rictus qui s’en approchait !)…
Au sortir d’un virage (ils sont extrêmement nombreux), un grand gaillard au crâne rasé me dépasse ; un Marine bénévole sur le côté le salue par un « Oorah Sir », un gradé sans doute.. ;
Dans mon dos j’entends un accent bien marseillais « si je croise un Français je le fracasse ! » en riant je réponds « je crains degun ! » ; ils me remontent, et je précise alors « mais je suis bordelais ». Dans un grand rire on se chambre en évoquant le match de championnat Marseille Bordeaux de ce soir, et ils s’en vont…:
Du 20ème au 24ème mile, nous sommes dans le secteur de Crystal City, pas super intéressant… il faut aussi dire que je regarde souvent mes chaussures. On enroule le Pentagone sans le voir au 25ème, juste avant le grand final.
Il fait presque chaud maintenant (l’après-midi il fera 25° et grand soleil, mais que se passe-t-il ?). J’ai perdu presque toute mon avance sur mon pace, je suis un peu au bout du rouleau. C’est le même spectacle qu’on voit sur tous les marathons, la zombie walk, des coureurs devenus marcheurs, d’autres qui s’arrêtent pour s’étirer, une agonie collective…Et c’est précisément là que le mental doit prendre le relais. « Failure is not an option » avait-on lu au Musée de l’Espace face à l’histoire de la mission Apollo13. Eh bien non, je ne marcherai pas. Je zappe les derniers ravitaillements, je m’arrache, mais le dernier mile 200 monte ! Et il se conclut par un petit mur assassin avec en haut un virage à droite pour les 50 derniers mètres… Je me sors les tripes pour me jeter sur la ligne… 4h00’18.
« Mission accomplished , congrats !!» Les Marines nous félicitent.
« Oorah Sir ! », ils nous chouchoutent, nous sommes des leurs…
El là, surprise, Palmito que je n’avais plus revu depuis Marrakech 2011 m’attendait à l’arrivée, on s’embrasse.
On me remet l’impressionnante médaille autour du cou, l’emblème du Corps, l’aigle américain posé sur le Globe enchâssé dans une ancre, et cachant en lui si on ouvre la médaille le mémorial d’Iwo-Jima… au pied duquel on savoure quelques photos victorieuses. Quel splendide monument, je ne pensais pas le US Marine Corps War Memorial aussi imposant : une statue de 10m de haut sur une base de 3m, et dont le drapeau flotte 24h/24…
Après quelques très longs instants pour retrouver mes esprits, et une inévitable vidange gastrique intempestive, signe que je me suis rentré dedans ..., j’arrive au grand stand où une bière bien fraîche nous est offerte. Deuxième belle surprise, alors que je négocie un petit coin de trottoir pour boire ma bière je me tourne et reconnais le débardeur des Marathon Globe Trotters de Jane notre championne australienne qui termine ici son 201ème marathon avant de repartir très vite pour New-York courir le prochain ! Je savais qu’elle courait le MCM, mais de là à se retrouver comme ça, parmi 19300 arrivants…
Nous discutons tranquillement autour de notre breuvage de récupération en évoquant les prochaines occasions de se croiser quelque part dans le Monde…

Le lendemain, nos jambes de bois et quadriceps meurtris nous porteront quand même pour visiter le musée de l’Holocauste, indispensable, passionnant et déprimant, la National Gallery of Art, et le musée d’Histoire naturelle et son impressionnante collection de météorites.
Et en ce dernier soir, nous nous retrouverons pour un banquet de fin d’aventure dans une bonne pizzeria de Georgetown (le Filomena), décoré de squelettes, sorcières et autres zombies en cette soirée d’Halloween. Le polo « 200 marathons » du 100marathons CLM Club France sera remis officiellement à Aussie Jane par le couple PConvert tricentenaire, dans de grands éclats de rire. La tradition CLM est respectée.
Et pour boucler la boucle nous retournerons le lendemain matin revoir le USMC Memorial, nettoyé de toute trace de marathon, et visiter l’impressionnant cimetière d’Arlington, où reposent tant d’étoiles naissantes fauchées trop tôt.

Oorah !


"

Liens Relatifs
RunninDoum
3368
2004/05/26
  103Marathons courus

 CALAccès au Calendrier PROAccès au Profil

Marathon de Marine Corps
  • Marathon Marine Corps (Arlington, VA)

  • Liste des récits Marathon de Marine Corps


  • Son Forum sur Courir le Monde

    L'Article le plus lu à propos de Marathon de Marine Corps :
  • Marine Corps 2014 : Semper Fi

    Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 



  • "les Récits : MCM2016 : Oorah Runnindoum !" | Se connecter / Créer un compte | 0 Commentaire
    Seuil

    Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

     




    Publiez votre article | Contactez-nous
    Administration
    © 2003-2012 n° 35475 | CNIL n° 896096