Créer un compteCréer gratuitement un compte sur CLM 24 visiteur(s)  - 0 membre(s) 
les Récits : Beer Lovers' Marathon 2017 : Que la bière coule à flots !
Posté le Samedi 15 juillet 2017 @ 16:54:27 par webmaster

DingDong écrit "

Beer. Lovers’. Marathon.

Dès que j’ai eu connaissance de l’organisation d’une telle course, ces trois mots ont rapidement sonné comme une évidence pour moi. J’aime participer à des marathons, j’adore la bière, et je n’ai jamais couru en Belgique. Donc banco !

Pas de chance, mon agenda ne m’a pas permis d’y participer en 2016. Tant pis, rendez-vous a vite été pris pour 2017.

Samedi 3 juin. A peine mon avion a-t-il atterri à Bruxelles que je retrouve un ami marathonien originaire du nord de la France. Nous nous mettons ensuite en route pour Liège, où nous rejoignons Robocop78, déjà sur place depuis quelques heures. Nous déjeunons ensemble et, parce qu’il faut bien se préparer psychologiquement à la course de demain, trinquons à la bière belge : tandis que mes compères testent la Curtius, la bière locale, j’opte pour une Tripel Karmeliet, une valeur sûre.

Après avoir pris possession de l’appartement que nous avons loué pour ce week-end de trois jours, nous enfilons les chaussures de course pour un footing d’un peu moins d’une heure dans la ville et le long de la Meuse. Nous nous interrompons sur une jolie place pour savourer une bonne bière, après quoi nous repartons en courant jusqu’à l’appartement.

Parallèlement au marathon a lieu ce week-end le Summer Beer Lovers’ Festival, sur la même place que la remise des dossards. Nous allons donc y faire un tour et déguster quelques bières wallonnes. Nous y croisons KeyserSoze, RunninDoum et Raph, que nous reverrons (de même que Marino et son mari) un peu plus tard lors de la pasta dans un sympathique restaurant napolitain aux pizzas copieuses et délicieuses, où je ferai également la connaissance de Kedian, le sympathique régional de l’étape.

Dimanche 4 juin. Nous nous levons vers 7 heures et déjeunons tranquillement. En effet, étant logés à dix petites minutes du départ, nous ne nous mettrons en route qu’au dernier moment. Nous nous préparons et enfilons nos déguisements : une bouteille de bière en ce qui me concerne, un ananas en papier mâché pour Robocop78, et un costume de prisonnier pour mon ami nordiste. Nous rejoignons ensuite les autres CLM devant l’Opéra pour la traditionnelle photo de groupe d’avant-course, puis nous rapprochons du départ. La grande majorité des participants est déguisée, l’ambiance est bonne, et le soleil est de la partie. Le marathon s’annonce bien !

Le signal de départ est donné. Je pars tranquillement en compagnie de mes deux acolytes et de Marino. Le parcours fait une petite boucle sur les grands boulevards de Liège avant de revenir au départ. Il nous mène ensuite après 5 km vers le premier stand de dégustation, situé au pied de la montagne de Bueren, un escalier très impressionnant que je gravis pour ma part en marchant tout en savourant la première bière, qui s’avère un peu amère à mon goût. Le temps de courir le long d’une petite rue pavée et nous enchaînons avec un second escalier (moins violent que le premier) qui nous conduit jusqu’à la citadelle et son joli parc, d’où nous profitons d’une superbe vue sur la ville de Liège et sur la Meuse. Nous passons ensuite dans un quartier d’habitation abritant de nombreuses maisons brun foncé typiques de la région.

Un second stand de dégustation/ravitaillement nous attend un peu plus loin, dans un petit coin de verdure. Cette fois, la bière (la « Redoutable ») est parfaitement à mon goût et nous requinque avant de nous remettre en route sous un soleil radieux. Le parcours passe ensuite par des chemins de campagne qui nous mènent doucement mais sûrement vers le troisième stand de dégustation, celui de la Brasserie Elfique, dont KeyserSoze et RunninDoum réussiront plus tard à obtenir un t-shirt. Quelques kilomètres plus loin, nous arrivons à la gare de Herstal, où se tient le quatrième stand. Outre une bonne bière (la « Val-Dieu »), on nous propose des morceaux d’un succulent fromage local servi sur des sortes de Tuc recouverts d’une fine couche de miel. Délicieux ! En outre, un DJ assure l’ambiance. C’est légèrement à contre-coeur que je repars dans les traces de mes compagnons : je serais bien resté plus longtemps… et j’aurais bien repris un peu de fromage !

Le parcours se fait ensuite plus urbain et, il faut l’avouer, moins joli. Peu avant le semi, nous arrivons toutefois sur la belle île Monsin, où l’on nous sert là encore une très bonne bière. Nous restons cette fois un peu plus longtemps et prenons quelques photos, avant de repartir pour une longue ligne droite le long de la Meuse. Au stand suivant, celui de la St-Feuillien, nous attendons un certain temps pour obtenir un verre, avant de finir par y renoncer. Pas grave, nous nous rattraperons au prochain ! Le prochain, justement, se trouve au bout d’une toute petite ruelle. Il s’agit de celui de la Sainte-Nitouche qui, malgré son nom, est relativement forte. C’est ce que l’on appelle une bière de caractère !

Nous revenons ensuite au bord de la Meuse, que nous longerons quasiment sans interruption (hormis un petit passage en forêt) jusqu’au 39e kilomètre. En attendant, au 26e kilomètre, nous découvrons un stand de dégustation relativement improbable : un bateau ! A l’étage supérieur de celui-ci, on nous sert de la « Chouffe » ainsi que différents fruits secs (noix, amandes, noisettes…) qui me font le plus grand bien et me redonnent un peu d’énergie.

Les dégustations s’enchaînent ensuite gaiement : « 28 », « Lupulus », « Bertinchamps »… Avant que nous quittions les bords de Meuse, on nous sert de la « Prose » sur un joli ponton, puis vient une de mes préférées, la « Chimay », à proximité de la gare de Liège, peu avant les 40 kilomètres.

La fin du parcours se fera exclusivement en ville. Nous retrouvons avec plaisir Kedian, avec qui je discute quelque temps. Après deux autres stands (la « Warsage » un peu plus loin, et surtout la « Leffe » au 41e kilomètre), c’est… un grand verre de jus d’orange maison que l’employé d’un café nous propose. Je le bois avec plaisir, avant d’approcher du dernier ravitaillement, à quelques centaines de mètres seulement de l’arrivée. On nous propose de la « Léopold » ainsi qu’une délicieuse gaufre liégeoise au chocolat. Alors que mes compagnons s’en acquittent comme d’une formalité et m’abandonnent pour rejoindre la ligne d’arrivée, je prends mon temps pour déguster tout cela et marche avec la bière dans une main et la gaufre dans l’autre. Le fait de voir le public de plus en plus dense m’incite toutefois à me remettre à trottiner jusqu’à l’arche d’arrivée, que je passe finalement après 5h58 de course.

Je n’attache généralement aucune importance aux médailles, mais quelque chose me dit que je sortirai bien plus souvent que les autres celle que l’on nous remet à l’issue du marathon : en forme de carotte (le thème de cette année étant les fruits et légumes), elle intègre en effet… un décapsuleur !

"

Liens Relatifs
DingDong
1007
2014/02/06
  38Marathons courus

 CALAccès au Calendrier PROAccès au Profil

Marathon de Liège ('Beer Love
  • Marathon de Liège ('Beer Love

  • Liste des récits Marathon de Liège ('Beer Love


  • Son Forum sur Courir le Monde

    L'Article le plus lu à propos de Marathon de Liège ('Beer Love :
  • Liège Beer Lover 2016 : Feu d’artifrite dans la ville intense

    Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 



  • "les Récits : Beer Lovers' Marathon 2017 : Que la bière coule à flots !" | Se connecter / Créer un compte | 0 Commentaire
    Seuil

    Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

     




    Publiez votre article | Contactez-nous
    Administration
    © 2003-2012 n° 35475 | CNIL n° 896096