3 minutes reading time (698 words)

Marathon de Genève 2021 enfin un marathon !

GeneveSC

 

Nous devions participer à la 16e édition du marathon de Genève en 2020. Cette course fût annulée comme toutes les autres suite à la crise du COVID.

L’édition de cette année est tout à fait atypique et originale. Elle est adaptée aux conditions sanitaires particulières. Toutes les courses se déroulent du 1er mai au 30 mai les jeudis, vendredis, samedis et dimanches avec un départ de 50 participants chaque ½ heure dès 8h00 jusqu’en fin d’après-midi.

Il est proposé 4 distances et 6 formats au choix (marathon, semi-marathon, 10 km, 5 km, marche ou marche nordique). La course se déroule sur un parcours ouvert qui longe les berges du lac Léman en aller et retour. Aucun ravitaillement n’est prévu et chaque coureur doit être autonome. Les points d’eau existants (fontaines et toilettes publiques) sont les seuls lieux pour s’hydrater. Attention à ne pas les rater.

La remise des dossards s’effectue exclusivement à l’hôtel Métropole – en face du départ - le jour du départ et dans la demi-heure arrêtée lors de notre inscription. Nous sommes arrivés à 8h30 pour un départ prévu impérativement avant 9h00. Nous avons reçu notre sac rempli de gels, barres, gobelet et d’un t-shirt technique.

Une fois le dossard accroché, nous avons pris la direction de la zone de départ dans le Jardin Anglais pour déposer notre sac et prendre le départ sous l’arche à 8h50.

La température est fraîche, 10° C, parfaite pour courir. Au fur et à mesure que l’horloge tourne le soleil se met à chauffer. Les vingt-deux degrés étaient affichés à mon arrivée !

Je débute la course qui sera composée de deux boucles de 21,1 km en aller-retour le long des quais de chaque côté du lac Léman. Des pointages électroniques assurent nos passages aux 5, 16, 26 et au 36. Le site est magnifique. Nous traversons le port, longeons les berges, passons dans un joli parc. A chaque moment, nous apercevons le Mont Blanc et les montagnes qui entourent Genève. Malheureusement, nous parcourons durant quelques 6 km en aller-retour une voie rapide encombrée de voitures.

Je croise 4 fois Hervé, Patrick Pompon et Samuel deux coureurs de Courir le Monde que nous retrouvons lors de marathons festifs. Ils m’encouragent tous et cela me booste !

Nous courons au milieu de très nombreux promeneurs ce qui ne facilite pas la course. Cela m’oblige à être davantage attentive et cela m’use. Je dois slalomer pour éviter tout contact ! Cette sensation est vraiment bizarre. J’ai plutôt l’habitude de voir le dos des coureurs que le visage des passants.

Quelques difficultés au premier tour sont à noter. Certaines portions des quais sont recouvertes de pavés. Pour éviter cette difficulté lors de mon deuxième passage, j’ai couru sur le bord non pavé mais en faisant très attention de ne pas tomber en contre bas sur les bords du lac. Les autres petites difficultés de ce parcours se situent à chaque extrémité des boucles. Il s’agit de légères montées que nous passons au 5, au 16, au 26° et au 36. La plus difficile est bien évidement la dernière vers le 36. Il fait chaud et les jambes sont lourdes !

Chaque arrêt pour boire de l’eau est primordial. Il ne faut surtout pas que je les rate puisque le dernier retour est en plein soleil au milieu des passants, beaucoup plus nombreux qu’au petit matin. Ils flânent, mangent au bord de l’eau et je dois faire attention à chaque foulée pour les éviter. Le franchissement du pont avant l’arrivée est plus facile que prévu en apercevant Hervé. Il m’attend et cours quelques mètres avec moi en me demandant de ne pas accélérer. Je franchis enfin l’arche d’arrivée où une bénévole accroche une magnifique médaille autour de mon cou. Nous immortalisons cette course devant le jet d’eau du lac Léman.

Je savoure ce marathon qui est le premier depuis si longtemps. Quel bonheur !

Hervé termine la course en moins de 4h00. Je le termine en 5h00. Un évènement spécial puisque nous fêtons mon 10e et le 25e marathon de Hervé et Patrick Pompon.

Je félicite l’organisation et les bénévoles pour leur travail énorme qui va se poursuivre jusqu’à la fin du mois.

 

Cap-Ferret 2020, mon 1er marathon off
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
lundi 14 juin 2021

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.courirlemonde.org/